Taux de rendement négatifs et actualisation des passifs sociaux

Que faire avec des taux d’actualisation négatifs? Cette question qui pouvait paraître purement théorique, sinon farfelue, refait surface à la lumière des niveaux de taux d’actualisation à court et moyen terme des obligations d’entreprise de « haute qualité ».

Pour les entreprises qui commenceront leurs calculs IAS 19 « fast close » fin septembre, la question mérite d’être posée, même si l’actualisation sur des durations supérieures à 10 ans se fait encore sur un taux positif. Jusqu’à quand ?

 

Ce que dit la règle comptable dans pareil cas

La norme IAS19 (normes IFRS) prévoit une actualisation des prestations à payer par l’employeur dans les prochaines années afin d’intégrer la valeur temps de l’argent dans la provision.

En pratique et sauf exception, les actuaires en charge des calculs appliquent un taux d’actualisation unique, moyen et pondéré reflétant la durée moyenne du régime. Les régimes sont catégorisés par grandes familles (indemnités de départ en retraite, médailles du travail, préretraite, retraite supplémentaire à prestations définies, etc.), ce qui permet de différencier les taux en fonction de la nature et de la durée moyenne du régime (on parle aussi de « duration » du régime).

La norme précise que les taux d’actualisation doivent être basés sur les rendements des obligations d’entreprises de « haute qualité » (en pratique, notées à minima AA), dont la monnaie et la durée correspondent à la monnaie et la durée des obligations des régimes évalués.

Les taux négatifs observés sur les rendements à court et moyen terme (< 7ans) des obligations d’entreprise de « haute qualité » se refléteront donc dès la clôture 2019 dans les taux d’actualisation retenus  pour les régimes aux plus courtes durations, comme les préretraites ou autres régimes de retraite fermés en voie d’extinction…

 

Chute des taux sur 2019 : quelques ordres de grandeur …

Les baisses très significatives des niveaux de taux d’actualisation augmenteront de façon significative les passifs sociaux des entreprises.

Par exemple, pour un régime d’indemnité de fin de carrière d’une duration de 12 ans, la baisse de 120 points de base des taux de référence que nous anticipons pour la prochaine clôture engendrerait une hausse de l’engagement (DBO) de l’ordre de 15 % par rapport à l’attendu à hypothèses constantes.

Si ce même régime est couvert par un contrat d’assurance à hauteur de 60 %, l’augmentation prévisible de la provision serait de l’ordre 37 % sur l’année.

Ce coût supplémentaire pour l’entreprise sera comptabilisé en « autres éléments du résultat global » (capitaux propres).

 

La suite sur les taux

La Fed a baissé ses taux cet été pour la première fois depuis 10 ans, sans trop savoir pourquoi semble-t-il, pour doper une économie qui n’en a absolument pas besoin. On s’attend à ce que la BCE prenne la même direction cet automne, en maintenant le QE pour maintenir la croissance encore un peu atone en zone Euro.

Comme illustré ci-dessous, la proportion d’emprunts d’Etat à taux négatifs ou inférieurs à un objectif d’inflation à 2% ne fait que croître.

 

Il faut donc se préparer à une poursuite de la baisse des taux d’actualisation, au risque de devoir refaire une mise à jour de la valorisation des passifs sociaux sur les taux observés à fin décembre.

Inscrivez-vous à notre newsletter

auteur(S)

Actuaire certifié, 10 ans d’expérience en cabinets de conseil en actuariat, il rejoint SIACI SAINT HONORE en 2017 pour accompagner les entreprises dans la mise en place et la valorisation des régimes de retraite supplémentaire.
Expert en solutions d’ingénierie financière depuis plus de 20 ans avec de solides compétences dans le métier de la gestion financière, Thierry a rejoint SIACI SAINT HONORE en 2015 pour développer l’activité d’Investment Consulting.

PARTAGEZ

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

À lire aussi

Marchés

Marchés : Now what ?

La température des marchés, la volatilité depuis le début de l’année. Avec les perspectives encourageantes de vaccins, allons-nous finalement terminer 2020 au niveau de volatilité…

Lire la suite