Année compliquée pour les opérations d’actionnariat salarié structurées

Si bon nombre d’entreprises ont pu maintenir voire différer leurs opérations d’actionnariat salarié en 2020, seules deux opérations structurées (à effet de levier) ont été maintenues sur une douzaine d’opérations annuelles.

Quelques opérations pourraient voir le jour d’ici la fin de l’année mais cela reste à la marge et sans certitude.

Ce maigre tableau touche tous les acteurs du marché dans la mesure où il est de plus en plus fréquent que les entreprises choisissent un « fronteur » qui partage ensuite les options avec d’autres banques.

La crise sanitaire aura donc eu raison des opérations structurées en 2020 mais quid de 2021 ?

En France, l’actionnariat salarié reste un terrain extrêmement favorable qui ne coûte pas cher dans la mesure où l’abondement et la décote sont quasi intégralement subventionnés par l’état (pas de charge comptable ni fiscale).

De plus, le terrain économique pourrait être d’une certaine manière plus optimiste que prévu, car les marchés restent bas et malgré le très fort impact de la crise sur certains secteurs, la volatilité est mieux maîtrisée qu’en 2008 avec un prix des actions réaligné (le CAC 40 est à 5 000 points*) qui démontre la capacité des entreprises à traverser la crise.

Ces opérations permettraient même dans certains cas, d’améliorer le cash des entreprises et pourraient avoir un certain attrait dans la période que nous traversons.

Enfin, l’actionnariat salarié reste incontestablement un outil avantageux pour motiver et engager les salariés, dans un contexte de revues salariales difficile.

L’état envisage d’ailleurs d’aller encore plus loin et de généraliser ces mécanismes à grande échelle.

Opérations structurées ou non, la France restera sans doute un pays engagé en faveur de l’actionnariat salarié.

 

* au 22/06/2020, date de publication de l’article

Inscrivez-vous à notre newsletter

auteur(S)

Actuaire associée à l’IA, Sophie est consultante experte des problématiques d’actionnariat salarié et de retraite en France & à l’international. Elle a rejoint SIACI SAINT HONORE en 2018 afin de renforcer l’activité de conseil et assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO) en actionnariat salarié à l’international.
Expert métier dans l’audit et la gestion des dispositifs d’épargne salariale & d’actionnariat salarié au sein de sociétés de gestion depuis plus de 20 ans, il a rejoint SIACI SAINT HONORE en 2013.

PARTAGEZ

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

À lire aussi