Suivez-nous !

Exemple : Où en sommes-nous de la réforme des retraites ?

[Réforme des retraites] Inégalités Hommes-Femmes

22 Mar. 2023
Article mis à jour le 22 mars 2023

La réformes des retraites et les inégalités Hommes-Femmes

Dans le cadre de la réforme des retraites, un sujet est particulièrement débattu :celui des inégalités Hommes-Femmes, qu’elles soient déjà existantes ou causées par la réforme.

« Les femmes sont plus impactées par la réforme des retraites »

L’étude d’impact de la réforme des retraites le démontre : en moyenne, les femmes verront leurs dates de départ à la retraite décalées de manière plus importante que les hommes.

A partir de la génération née en 1972, l’âge moyen de départ à la retraite sans la réforme, est estimé à :

  • 64,1 ans pour les hommes
  • 63,6 ans pour les femmes

Avec la réforme, l’âge moyen de départ à la retraite deviendrait :

  • 64,5 ans pour les hommes
  • 64,3 ans pour les femmes

Soit un décalage de :

  • 5 mois pour les hommes
  • 8 mois ½ pour les femmes

 

Les raisons de cette différence entre hommes et femmes :

Une des raisons les plus identifiées et les plus commentées est qu’aujourd’hui, les femmes bénéficient de trimestres validés supplémentaires lorsqu’elles sont mères : huit trimestres par enfant.

Donc actuellement, une femme avec enfant(s) obtient en moyenne plus tôt, le nombre de trimestres requis que si elle était un homme, grâce à ces huit trimestres par enfant.

Ce dispositif a été mis en place car statistiquement jusqu’à aujourd’hui, les femmes partaient en moyenne plus tard que les hommes.

Sans la réforme :

Exemple d’une personne, avec deux enfants, ayant commencé sa carrière un peu tard (après des études par exemple) et qui n’atteindrait le nombre de trimestres requis pour obtenir le taux plein (172) qu’à l’âge de 65 ans :

  • Si cette personne est un homme : son âge de départ à la retraite sans décote sera de toute façon 65 ans, avec ou sans réforme
  • Si cette personne est une femme : grâce aux trimestres pour enfants (8 + 8), à 62 ans elle aura déjà atteint le nombre de trimestres requis pour obtenir le taux plein. Puisqu’elle aura 177 trimestres à 62 ans.

 

Avec la réforme :

Cette femme, qui bénéficiera toujours des seize trimestres supplémentaires pour ses deux enfants, devra attendre l’âge de 64 ans pour partir en retraite.

Dans cet exemple, la réforme impacte de deux années supplémentaires cette femme, alors que l’homme lui ne sera pas impacté.*

« Derniers aménagements de la Loi »

Le nouveau projet de Loi propose une surcote de 5% pour les mères ayant obtenu tous leurs trimestres à 63 ans.

Pour être éligible à cette surcote, il faudra cumuler ces trois conditions :

  • avoir validé au moins 1 trimestre pour enfant
  • avoir acquis tous les trimestres à 63 ans (et donc avoir obtenu le taux plein)
  • avoir poursuivi son activité de 63 à 64 ans

La surcote sera appliquée au moment du départ à la retraite à 64 ans et pour toute la durée de la retraite. Il s’agit bien d’une surcote viagère et non temporaire.

A noter, cette mesure est également applicable aux pères, s’il ont bien demandé le partage des trimestres d’éducation entre les 4 ans et les 4 ½ ans de l’enfant !

« La réforme réduit les inégalités Hommes-Femmes »

Aujourd’hui, concernant l’âge de départ à la retraite, il existe réellement une inégalité Hommes-Femmes, puisque les femmes partent en moyenne plus tard en retraite. Néanmoins, sans réforme cette inégalité va se résorber puis s’inverser.

Dans le graphique ci-dessous, réalisé par le Conseil d’Orientation des Retraites (COR), projetant l’âge moyen de départ en retraite par génération (hors réforme), les courbes s’inversent à partir de la génération 1974.

  • Pour la génération née en 1940, les femmes partaient à la retraite en moyenne quasiment un an après les hommes.
  • Hors réforme, pour les générations nées vers 1972 – 1974, hommes et femmes devraient partir en moyenne à peu près au même âge.
  • En ce qui concerne les générations suivantes, les femmes partiront en moyenne plus tôt que les hommes à la retraite.

L’inégalité se fera cette fois-ci au détriment des hommes.

Avec la réforme, à terme, il existera toujours une inégalité en défaveur des hommes. Néanmoins la réforme va atténuer cette inégalité. C’est le cas par exemple, pour la génération née en 1972, pour qui la différence entre l’âge moyen des femmes est l’âge moyen des hommes au moment de la retraite va passer de 0,5 ans sans réforme à 0,2 ans avec la réforme.

« La vraie inégalité Hommes – Femmes »

Avec la réforme, les femmes ont en effet plus à perdre que les hommes. En particulier les femmes qui ont eu des enfants et pour qui les trimestres attribués à ce titre deviendront inutiles. Ce qui sera principalement le cas pour :

  • Les mères qui ont débuté leur carrière tardivement,
  • Les mères avec des carrières hachées.

Cependant, aujourd’hui, la véritable inégalité entre hommes et femmes tend à ne plus concerner la date de départ en retraite, mais plutôt le montant moyen des pensions, qui est le reflet des inégalités de carrières et de salaires.

Aujourd’hui encore, le montant moyen des pensions pour les hommes est de 1 931 € bruts, alors qu’il est de 1 154 € bruts pour les femmes, soit 40 % de moins.

Cette importante différence concerne les pensions perçues actuellement, sur la base des revenus passés, miroir d’une société qui a énormément évoluée depuis. Ces inégalités ont déjà commencé à se résorber lentement. Pour exemple, en 2004, les femmes retraitées percevaient en moyenne des pensions 50 % moins élevées que les hommes.

Ces différences de pension vont continuer à se résorber, mais elles ne disparaîtront pas tant que perdureront les inégalités de salaires.

Source : 

Restez informé.e des actualités

Inscrivez-vous à la newsletter

*obligatoire
À lire aussi